Cas clinique : traitement conservateur pour la rupture du LCA du chien

Publié le : 03/10/2019 11:20:19
Catégories : Actus MIKAN pour les particuliers , Cas cliniques , Orthopédie , Physiotherapie et rééducation , Soin & rééducation

Commémoratifs

Un boxer mâle âgé de 8 ans s'est présenté pour une évaluation en physiothérapie à la suite d'un diagnostic de rupture du ligament croisé du membre postérieur gauche environ 4 semaines avant ce rdv par le vétérinaire référant. L’anesthésie générale radiographie / chirurgie n’a pas été retenue car le chien était un épileptique instable et un traitement conservateur de la maladie était donc recherché.

 

Examen clinique et diagnostic

Lors de l'évaluation initiale, l'examen avait révélé les résultats suivants et indiquait bien une rupture du ligament croisé antérieur :

  •         Boiterie du membre postérieur gauche 9/10 
  •         Atrophie marquée de l'arrière-train gauche (circonférence mesurant 33 cm au point le plus large contre 41 cm à droite)
  •         Effusion de grasset gauche
  •         Appui médial palpable
  •         Tiroir crânien positif.

 

Traitement

Des discussions ont eu lieu avec le propriétaire du chien concernant la prise en charge de la maladie. Étant donné que le chien pesait plus de 15 kg, il a été informé que la prise en charge chirurgicale était susceptible de donner les résultats les plus favorables. À cause de l’épilepsie instable du chien, le propriétaire a estimé que ce n’était pas une option viable.

 

Un plan de traitement pour la gestion conservatrice a été discuté avec le propriétaire pour inclure les éléments suivants :

  •         Utilisation continue de méloxicam conformément aux prescriptions du chirurgien vétérinaire référant
  •         Maintien du poids (le chien était dans une condition physique idéale au moment de l'examen)
  •         Limiter l'exercice à un maximum de 15 minutes par promenade en laisse car le chien était actuellement entraîné avec les autres chiens sans laisse jusqu'à une heure, une ou deux fois par jour.
  •         Séances de rééducation comprenant de la physiothérapie au sol, cavaletti, des exercices sur rampe et une utilisation en douceur de la planche d’équilibre ; hydrothérapie dans le tapis roulant immergé ; et l'électrothérapie ont été initialement conseillées deux fois par semaine.
  •         Il s'agissait de lutter contre l'atrophie musculaire, de promouvoir l'utilisation des membres, d'améliorer la proprioception et d'aider à gérer la douleur, et d'inclure également un programme d'exercices à domicile à l'intention des propriétaires.
  •         Utilisation de l’attelle du genou Balto sans les barres de renfort en aluminium pour soutenir le grasset pendant les marches et les séances de physiothérapie en clinique et à domicile. Attelle installée dans la clinique et expliquée aux propriétaires.

 

Réponse au traitement

Le chien a bien réagi au plan de gestion conservateur. Le propriétaire a pu amener le chien deux fois par semaine pendant trois semaines, après quoi il pouvait le ramener une fois par semaine.

Après deux séances, le propriétaire a signalé que la genouillère était en train de frotter, provoquant une rougeur de la peau pouvant être due au fait que le chien était relativement glabre dans cette région. Une attelle alternative (le prototype Ligatek avec amplitude de mouvement) a été commandée afin d’assurer que le chien ne présente pas de problèmes de peau secondaire liés à l’utilisation de l’attelle.

Après six séances de rééducation deux fois par semaine, il a été noté que l'utilisation des membres, le placement du pied et le tonus musculaire commençaient déjà à s'améliorer. Le chien était décrit comme supportant le poids de manière plus uniforme à travers les membres postérieurs.

Un peu plus d’un mois après le début de la gestion conservatrice, on a observé une amélioration de la masse musculaire du membre postérieur gauche (de 2 cm de tour de taille mesurée), une amélioration de la charge supportée par le membre postérieur gauche (la boiterie était maintenant classée 3/10) et le chien semblait à l'aise en flexion et en extension. Étant donné l’atrophie marquée du membre, il était probable que le chien aurait besoin d’une gestion à long terme pour y remédier, mais le propriétaire et le thérapeute en rééducation étaient impressionnés par les progrès réalisés jusqu’à présent par le chien.

 cas-cliniques-genouillère-balto-ligament-croise-boxer-mikan

Figure : Bradley, un boxer âgé de 8 ans, s'est présenté à la suite d'un diagnostic de rupture du ligament croisé antérieur. En raison d'une épilepsie instable, ses propriétaires ont opté pour une gestion conservatrice à l'aide de la genouillère Balto.

 

Discussion

Ce cas décrit comment un plan de gestion conservateur peut être utilisé comme une alternative à la chirurgie lorsque cette dernière est contre-indiquée chez les chiens souffrant d'un LCA rompu. Les propriétaires du chien ont tous deux convenu que même s'ils avaient craint au départ que la genouillère ne puisse pas être ajustée à la maison, ils n'ont pas mis longtemps à s'y habituer et ils ont reconnu que la séquence vidéo fournie avec la genouillère était utile pour faciliter ce processus. L'attelle était bien tolérée par le chien et utilisée par les propriétaires en le promenant, en complétant le programme d'exercices à domicile et en participant à la physiothérapie au sol en clinique.

 

Le patient a encore un long chemin à parcourir en termes de progrès, mais son amélioration au cours du premier mois suivant le début de la rééducation était très encourageante.

Articles en relation

Partager ce contenu