Interview Dr Mulot : Retour sur un an de pratique du K-Laser au zoo de Beauval.

Publié le : 18/01/2018 09:47:54
Catégories : Actus pour les professionnels , Laser , Les congrès, salons, formations , Physiotherapie et rééducation

Dr Mulot BaptisteA sa sortie de l'école nationale vétérinaire d'Alfort en 2004, Baptiste Mulot avait déjà cumulé plusieurs expériences en parcs zoologiques au travers de stages. Il n'est pas étonnant donc, qu'une fois diplômé, avec la spécialisation ‘grands animaux’, il soit entré directement au ZooParc de Beauval comme vétérinaire en charge des soins de l'ensemble des animaux de la collection avec un autre vétérinaire et une infirmière.

Mais comment soigner des animaux exotiques en France, quand l’enseignement en école vétérinaire n’a fait que survoler le sujet ?

« Mon premier collègue, Romain Potier, était expérimenté et m'a transmis beaucoup de choses. Je me suis appuyé aussi sur des ouvrages spécialisés ainsi que sur les réseaux de vétérinaires existant en France (120 membres), en Europe (500 à 600) et aux Etats-Unis (500 à 600) » explique le vétérinaire.

En 2014, Baptiste Mulot est promu responsable du service vétérinaire du ZooParc de Beauval, qui compte aujourd'hui, avec lui, quatre vétérinaires et trois infirmières. Dans le même temps, il devient directeur de la recherche de l'association Beauval Nature, dont le budget de recherche a été multiplié par six en quatre ans. Baptiste Mulot sélectionne, développe et supervise les programmes de recherche du parc, menés avec des institutions, des centres de recherche comme l'Inra ou encore des universités.

 

Intervention du 17 mars 2018, en binôme avec Antoine Leclerc, vétérinaire

Les oiseaux du zoo, patients récurrents du service vétérinaire

Quelle utilisation les vétérinaires du ZooParc de Beauval font-ils du K-Laser ? Sur quelles espèces et pour quelles indications en font-ils usage ? Au travers d'exemples concrets et de photographies, Baptiste Mulot et son collègue Antoine Leclerc, présenteront les cas fréquemment rencontrés et traités au laser thérapeutique. Les oiseaux composent la majorité des patients du service vétérinaire, pour cause de traumatismes locomoteurs et articulaires en particulier. Ils sont soignés avec le laser thérapeutique pour ses effets anti inflammatoire, antalgique et anti œdémateux.

 

Le quotidien varié du zoo, théâtre de la souplesse d'adaptation du laser

D'autres cas seront présentés sur d'autres animaux, comme des plaies, des œdèmes ou des abcès sur un rhinocéros et un éléphant indiens par exemple. Le service vétérinaire du zoo est finalement peu confronté dans son quotidien à des cas récurrents, ce qui permet de montrer la diversité des sites anatomiques et des indications pouvant être traités par le laser thérapeutique. Sa souplesse d'utilisation est telle que les vétérinaires du zoo ont créé leurs propres protocoles de soin.

Vous souhaitez participer à la journée Académie Laser du 17 Mars 2018?

Inscrivez vous dès maintenant !

Programme + bulletin d'inscription

Articles en relation

Partager ce contenu

Vous devez être enregistré

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire